Le campanile de Saint Marc



Situé sur la fameuse et réputée place Saint Marc à Venise, le campanile était autrefois surnommé par les Vénitiens " El paron de casa" qui signifie "Le patron de la maison". La construction initiale de cette ancienne tour de garde débuta durant le IXème siècle, en 888 précisément ! En effet, le campanile de Saint Marc ne date pas d’hier et son histoire a marqué les esprits de tous les Vénitiens...

Une construction difficile...

JPEG - 42.2 ko
Le campanile de Saint Marc à Venise

La tour colossale qui domine la place la plus connue des amoureux a été construite sur des fondations romaines. En 1080, un incident survient lorsque l’édifice atteint le tiers de sa hauteur actuelle. Sous son poids faramineux, le sol cède ! Le doge de l’époque, Dominique Selvio prend une décision qui changera l’avenir du campanile en devenir. La tour est complètement démolie et la construction d’un nouvel édifice redémarre quelques mètres plus loin, à l’emplacement que nous connaissons tous aujourd’hui. L’achèvement de la construction ne se termine donc que trois siècles après le commencement de la première tour : au XIIème siècle.

Mais en 1489, un incendie fait rage et endommage le campanile de Saint Marc, la flèche de bois est alors détruite. En 1510, une nouvelle flèche plus esthétique est ajoutée : ses marbres orientaux ainsi que ses colonnes de granit la rendent admirable ! Malheureusement, un nouvel incident survient : un tremblement de terre causant à nouveaux des dégâts supplémentaires sur la tour. Des restaurations sont alors effectuées et l’édifice prend sa forme définitive : nous sommes au XVIème siècle. Trois années plus tard, en 1513, la statue en bois doré de l’archange Gabriel est installée au sommet du campanile de Saint Marc. L’ange domine alors toute la Place. Afin d’attirer les faveurs de Dieu sur l’édifice en signe d’offrande propitiatoire, du lait et du vin sont répandus sur la bâtisse !

Au cours des siècles, divers incendies déciment à nouveau l’immense tour qui résiste encore et encore face aux agressions. Baldassare Longhena, l’architecte le plus connu de Venise, prend en charge les restaurations de l’édifice. En 1776, il est décidé d’équiper le campanile d’un paratonnerre qui le protégerait à l’avenir d’éventuelles attaques naturelles de la foudre et du tonnerre. Un peu plus tard, la statue de Gabriel est remplacée par une nouvelle.

JPEG - 49.1 ko
Effondrement du campanile San Marco

La catastrophe de 1902

Signe de la bienveillance du Tout-puissant ou simple coïncidence, le campanile de Saint Marc résiste aux assauts de la foudre qui l’assaille ainsi qu’aux terribles tremblements de terre de 1902. Il demeure le témoin unique de l’histoire d’une Venise puissante et prospère. Malheureusement, le 14 juillet 1902, après avoir résisté longuement, le tour haute de 98 mètres s’effondre sur elle-même à 10h du matin. Heureusement, la basilique Saint Marc se trouvant à quelques mètres ne subit aucun dommage, elle est intacte !

Mais la catastrophe était envisageable : des craquements et des fissures anormales sont apparus quelques jours avant l’effondrement. Un périmètre de sécurité avait alors été mis en place tour autour de la place Saint Marc afin d’éviter les risques. Le jour de l’écroulement, il n’y eut donc aucun décès puisque tout le monde avait évacué les lieux... mis à part un chat suicidaire (celui du gardien du campanile) qui retourna à son poste de garde et qui devint la seule et unique victime tragique de l’effondrement du "Patron de la Maison".

JPEG - 37.1 ko
Au lendemain de la catastrophe !

Un nouveau départ pour le campanile

Quelques heures plus tard seulement, le conseil communal débloque une somme colossale pour la reconstruction d’un nouveau campanile. Il fut alors décidé de le reconstruire à l’identique du précédent ! Excepté quelques petites détails de grande importance : l’ajout d’armatures internes qui le protégerait d’un quelconque effondrement. Dix ans plus tard, le campanile de Saint Marc est à nouveau debout surplombant et dominant toute la place ! Les vénitiens lui donnent alors un tout nouveau surnom : "Dov’era, com’era" qui signifie "Comme il était, où il était". Pour finir en beauté la petite histoire qui connaît une fin heureuse, le campanile de San Marco a été inauguré le 25 avril 1912, jour de la fête de Saint Marc et donc 1000 ans jour pour jour après la fondation de l’édifice original ! Simple coïncidence ou bénédiction divine ? Nul ne le sait !

L’extérieur du campanile

La tour de brique couleur orangée domine les quartiers environnants ainsi que la place Saint Marc et sa basilique. Du haut de ses 98 mètres, le campanile abrite également un clocher dont les coches sonnent à heures fixes dans un but très précis :

- une cloche annonce l’heure d’une séance au sénat
- une autre l’heure de midi
- une autre appelle les membres du Grand conseil aux réunions
- la plus grande des cloches sonne pour annoncer le début et la fin de la journée de travail.

La tour Saint Marc est l’un des deux campaniles (avec le campanile San Giorgio Maggiore) dans lequel les touristes peuvent encore monter... alors profitez-en !

Vous pouvez également contempler la Place Saint Marc de chez vous sur notre page spéciale WebCam !

Petite anecdote rigolote !

Saviez-vous que Galilée utilisa le campanile de Saint Marc pour ses observations ? Il fut ensuite invité à Venise pour présenter sa fameuse lunette astronomique. Il fit d’ailleurs la démonstration de sa découverte au sommet du géant haut de 98 mètres et étonna ainsi le doge de l’époque Leonardo Donato.